Dernière mise à jour : 29 juin 2016

Quand adultère rime avec prostitution

En un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître, l’acteur aux rôles plutôt lisses de gentil séducteur Hugh Grant était arrêté pour avoir eu une relation buccale avec une prostituée.

Cela se passait à Los Angeles en 1995 et il y a fort à penser que si la même mésaventure lui était arrivée en France, au lieu de lui passer les menottes les forces de l’ordre lui auraient simplement adressé un clin d’œil complice et une petite tape sur l’épaule, mais ceci est une autre histoire. Pour certains hommes la pratique de l’adultère ne se conçoit qu’avec des prostituées. Pourquoi ?

L'ddultère, la prostitution et couple

Quand le vernis social s’écaille un peu

Il y a quelques années je passais régulièrement par une route très empruntée traversant une forêt d’île de France pour me rendre à mon travail. Sur le bord de la route des femmes en tenue légère vendaient leurs charmes au plus offrant. Après m’être renseigné sur leurs activités, j’appris que dans cette banlieue plutôt chic et conservatrice, les pères de famille venaient se dévergonder avec les dames du bois.

Ça compte pour du beurre

Aller voir une prostituée ce n’est pas la même chose que de prendre maîtresse ; c’est le sexe sans autre forme d’implication. On peut satisfaire ses besoins sexuels tout en préservant l’équilibre familial. Un homme heureux et bien installé dans une vie confortable avec femme et enfants peut décider d’aller voir une prostituée simplement pour apaiser un gros appétit sexuel que sa femme ne pourrait pas satisfaire ou s’adonner à certaines pratiques qu’il ne veut pas accomplir avec elle dans le souci de préserver la qualité de leur union. Pour eux, il ne s’agit pas d’adultère, surtout quand ces relations extraconjugales se cantonnent à de simples fellations. L’homme perçoit cela comme une sorte de pratique hygiénique du sexe, un point c’est tout.

Ce qu’ils vont chercher

Pour le client de la prostituée le contrat est simple : il choisit, elle fait son travail et il la paie, c’est efficace et cela ne laisse pas de traces. La vie peut reprendre son cours normal. Le sexe sans amour demande peut d’effort, seul le premier pas compte. Nul besoin de séduire, d’être performant, on peut enfin se reposer, se laisser aller, trouver ce qu’on ne trouve pas chez soi ; le repos du guerrier, en quelque sorte. La prostituée peut avoir un rôle qui va au-delà de la simple prestation sexuelle ; être parfois l’assistante sociale, la confidente, la consolatrice : la maman et la putain.

Homme femme, le grand malentendu

Tout serait pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles, si hommes et femmes avaient la même conception des choses, mais il n’en n’est rien. Les hommes savent parfaitement dissocier l’amour et le sexe, le sentiment et la jouissance, mais pour la plupart des femmes cela ne fait qu’un, d’où une conception très différente de la fidélité et c’est souvent là où le bât blesse.

Le point de vue féminin

Si d’aventure l’épouse vient à apprendre la trahison de son mari, elle en souffrira et pourra éprouver un sentiment de grande solitude en réalisant alors qu’ils vivaient dans deux réalités bien distinctes : une vie heureuse et une sexualité épanouie pour elle et pour lui un sentiment de frustration et le refoulement de ses désirs. Elle peut vivre cela comme une fracture irréversible entraînant le désamour et la dislocation du couple. La séparation devient alors inévitable.